Californie

Juillet 2019 : De Los Angeles à San Fransisco en transport public

De Zurich à Los Angeles, 12 heures de vol, c’est long, très long. Mais lorsque j’ arrive enfin à destination, je prends un bus qui me dépose devant mon hôtel à Santa Monica. De là, je pose mes affaires et je pars sur Santa Monica Pier, au bord de l’océan,  manger du poisson frit. Puis je rentre à l’hôtel pour dormir : jetlag oblige !

img121Venice-Beach, un quartier de Los Angeles à l’ambiance bohème à côté de Santa-Monica

Je reste quelques jours à Santa Monica, une petite ville côtière à côté de Los Angeles que j’aime beaucoup. Los Angeles est, quant à elle, une ville de contraste : d’un côté il y a de grandes villas au paysages paradisiaques. Et de l’autre,  beaucoup de personnes dorment  sous des tentes dans la rue, devant la plage ou vers la gare. Ce contraste me choque. Je reste tout de même quelques jours à Santa Monica, puis le jour du départ arrive. Il est temps de se déplacer en train et en bus !!! Et oui, voyager en transport public aux Etats-Unis, c’est possible, long mais possible.

Direction une cabane dans la forêt de Big Sur, qui s’étend sur environ 140 km entre la ville de Carmel au nord et San Simeon. Arrivée à Monterrey, je monte dans un taxi afin d’arriver à destination. Plus qu’une heure de trajet ! Le chauffeur conduit à toute vitesse. Alors, dans le but d’oublier mon mal de voiture j’engage la conversation. J’apprends que cet homme est un Afghan de Kaboul. Il a travaillé quelques années en Afghanistan dans l’humanitaire avant de venir s’installer aux USA.

Arrivée à destination, je paye le taxi, et pose mon sac à dos dans un  petit chalet loué pour quelques jours. Ce soir je reste tranquille. J’essaye d’appeler mon copain resté en Suisse pour lui conter mes mésaventures californiennes. Pas de chance, il n’y a pas de réseau …. je me déplace alors dans le café le plus proche : à 800 mètres de là, en face de la route principale. Je fais mes appels, puis je rentre me coucher.

Le lendemain matin je décide de partir à la découverte des alentours. La chaleur est étouffante. Je prépare ainsi plusieurs litres d’eau avant de partir me balader dans cette immense étendu de séquoia géant d’Amérique du Nord. Le paysage est magnifique. De la nature, partout de la nature !!!

Le lendemain, départ pour San Franscisco, Dernière destination de mon voyage de deux semaines. Cette ville a été la plus grande déception de mon périple car je m’attendais à voir le San Francisco que l’on voit dans les films. Au lieu de cela j’ai juste vu une ville avec un centre rempli de touristes et de sans domiciles fixes.

Le rêve américain n’est qu’illusion.

 

Laisser un commentaire